Publié le 28 Août 2015

Dessiner les dents

Ou bien l'on choisit de fermer les lèvres et on ne montre pas les dents ou bien, on les ouvre, et les dents apparaissent, on les voit. Elles contaminent le mouvement labial, crispent le sourire, enlaidissent le visage. Alors, on peut aussi décider de montrer les dents en se disant que ces petits blocs livrent assurément une intimité souterraine et qu'ils ne sont pas laids.

le montreur de dents
le montreur de dents

Voir les commentaires

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Publié le 26 Août 2015

Et ce que j'ai en tête, c'est ceci : une planche où Corto, comme coincé dans le cadre, s'élance en faisant claquer ses chaussures pointues et éclatent alors des étincelles... un crépitement d'allumettes ou de silex... le grand feu graphique, et c'est parti pour l'aventure...

c'est à Corto Maltese qu'il pensa

Voir les commentaires

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Publié le 25 Août 2015

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Publié le 21 Août 2015

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Publié le 18 Août 2015

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Publié le 15 Août 2015

Et cette idée que, oui, autour du banc pourrait s'écrire tout un roman. Par-delà les saisons, les couleurs, les ambiances comme on dit, il y a dans l'air périphérique, inscrite en lui, ou accrochée aux branches, comme une histoire des gens qui l'ont hanté. Une histoire de leurs culs, sans doute, qui ont reposé sur lui et puis aussi, du coup, la folle histoire de leurs joies, de leurs peurs, de leurs grimaces, de leurs coeurs battants, de leurs ivresses contenues. Un fluide impalpable, un souffle d'humidité autour. Et vent et vlan.

tout un roman
tout un roman

Voir les commentaires

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Publié le 12 Août 2015

(cliquez sur le coyotte pour mesurer son désarroi)

(cliquez sur le coyotte pour mesurer son désarroi)

dans quelle mesure

Voir les commentaires

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Publié le 9 Août 2015

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Publié le 6 Août 2015

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Publié le 4 Août 2015

des fois

Autour du banc, c'est un tout petit périmètre, une onde périphérique.
Un amas de feuilles, une terre de miel ravinée, une colonie de fourmis,
un bruissement humide, une pénombre de grand été.
Un petit bois,
quoi.

des fois

Voir les commentaires

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Publié le 2 Août 2015

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les fantômes de Kafka

Publié le 30 Juillet 2015

au plus loin

Voir les commentaires

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les baigneurs

Publié le 29 Juillet 2015

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les baigneurs

Publié le 23 Juillet 2015

Au jardin public, sous l'arbre immense, dans la pénombre, un homme sur un banc. Torpeur de canicule et puis ces voix qui percent, qui disent qu'avec la chaleur, le matin, on ouvre les portes et les fenêtres et que c'est par là qu'ils entrent, les serpents, ces sales bêtes, qu'on ne peut pas les toucher, ces sales bêtes, qu'elles sont effrayantes et qu'elles entrent partout l'été dans les maisons avec la chaleur, oui partout dans les maisons avec la chaleur, et que c'est par là qu'ils entrent, les serpents.

un homme sur un banc

Au jardin public, sous l'arbre immense, dans la nuit, un homme sur un banc. Torpeur de canicule et puis ce silence d'acier qui nous incendie.

un homme sur un banc

Au jardin public, sous l'arbre immense, dans la pénombre, un homme sur un banc. Torpeur de canicule et puis, soudain, cette humeur bleue qui lui voile les yeux et ses doigts qui caressent sa cuisse.

un homme sur un banc

Au jardin public, sous l'arbre immense, dans la pénombre, un homme sur un banc. Torpeur de canicule et puis, soudain, une envolée, un rodéo, une aventure.

un homme sur un banc

Au jardin public, sous l'arbre immense, dans la pénombre, un homme sur un banc. Torpeur de canicule et puis, soudain, rien.

un homme sur un banc
un homme sur un banc

Voir les commentaires

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Publié le 20 Juillet 2015

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque