Publié le 31 Août 2017

À paraître le 1er septembre :

GILBERT PINNA, Peut-être des falaises (roman graphique)

Une traversée graphique et littéraire portée par les embruns des mers et des océans, qui trouve refuge dans les chambres, dans les loges, dans les jardins, au creux des fauteuils, dans les pages des livres, du côté de Duras, de Camus, de Kafka, de Michaux. « Peut-être des falaises », par-delà la tension des mots, comme une rupture abrupte du trait, l’éventualité simple et sèche des choses jusqu’à leur irréductible vertige.

Nouvelle édition grand format broché, 80 pages, papier photo, 29 illustrations.
9791092622324, Le bateau ivre , collection Titane, 25 euros

Dans toutes les librairies, sur commande (distribution Sodis)

 

Peut-être des falaises

Voir les commentaires

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Repost 0

Publié le 26 Août 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Repost 0

Publié le 10 Août 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Repost 0

Publié le 5 Août 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Repost 0

Publié le 2 Août 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Repost 0

Publié le 30 Juillet 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Repost 0

Publié le 26 Juillet 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Repost 0

Publié le 25 Juillet 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Repost 0

Publié le 16 Juillet 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Repost 0

Publié le 9 Juillet 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Repost 0

Publié le 27 Juin 2017

Au jardin public, sous l'arbre immense, dans la pénombre, un homme sur un banc. Torpeur de canicule et puis ces voix qui percent, qui disent qu'avec la chaleur, le matin, on ouvre les portes et les fenêtres et que c'est par là qu'ils entrent, les serpents, ces sales bêtes, qu'on ne peut pas les toucher, ces sales bêtes, qu'elles sont effrayantes et qu'elles entrent partout l'été dans les maisons avec la chaleur, oui partout dans les maisons avec la chaleur, et que c'est par là qu'ils entrent, les serpents.

Aucun texte alternatif disponible.

Voir les commentaires

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Repost 0

Publié le 17 Juin 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Repost 0

Publié le 8 Juin 2017

Il dit ce corps, je ne laisserai pas fléchir. Il tiendra. Je prendrai ce corps à cœur. Retrouver son élasticité, sa tonicité, ses silences. Il se lève comme de rien, se baisse sans coup férir. Pas d'exercices, pas d'efforts, pas de chorégraphie, une simple humeur corporelle. Une ardeur sèche qui donne tout le déroulé du corps, de la gorge jusqu'au souffle, jusqu'au sang, jusqu'aux os.

Voir les commentaires

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Repost 0

Publié le 7 Juin 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Repost 0

Publié le 6 Juin 2017

Au pied de l'arbre, je suis allongé sur la mousse, je ferme les yeux, je sens en moi qui monte la déambulation des fourmis et je dis que je fais mon Gulliver.

mon Gulliver

Voir les commentaires

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Repost 0

Publié le 31 Mai 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Repost 0

Publié le 28 Mai 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Repost 0

Publié le 23 Mai 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Repost 0

Publié le 13 Mai 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Repost 0

Publié le 6 Mai 2017

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Repost 0