sur ce ton

Publié le 2 Décembre 2010

"... et je vous demanderais de ne pas me regarder sur ce ton..."

 

Image 264

 

 

La petite rébarbative  (cliquer)

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Repost 0
Commenter cet article

Marie Guegan 05/12/2010 12:37


Que le trait est fin!
Avec son petit'air effronté mine de rien, pas près de l'oublier celle là.


Gilbert Pinna, le blog graphique 05/12/2010 16:00



... sur un autre ton, vous dis-je...



PhA 04/12/2010 22:42


On se sent tout petit.


Gilbert Pinna, le blog graphique 05/12/2010 09:13



C'est elle qui s'y croît.



géraldine 04/12/2010 20:10


je regarderai sur le ton qu'il me plait. Na !


Gilbert Pinna, le blog graphique 05/12/2010 09:12



Frontal.



Dominique Hasselmann 04/12/2010 10:20


Dessinez-là encore sur ce ton : le trait de sa répartie la fera revenir.


Celle dont la répartie la fera revenir 04/12/2010 13:22



Le trait de sa répartie la fera revenir... tout est parfaitement dit.



Baltha 04/12/2010 07:41


J'entends bien, j'entends bien.


Gilbert Pinna, le blog graphique 04/12/2010 09:44



Belle résonance.



Dom A. 03/12/2010 22:14


Dans une vie antérieure, à Phaistos elle était vase.


Gilbert Pinna, le blog graphique 04/12/2010 09:45



Potiche ?



Ambre 03/12/2010 21:01


Je ferais gaffe à mes oreilles à sa place!


Gilbert Pinna, le blog graphique 04/12/2010 09:43



... je ne vous permets pas de parler de mes oreilles sur ce ton...non mais...



saravati 03/12/2010 19:08


...et ne me dites surtout pas que cela ne me regarde pas ...sinon, je vais prendre moi aussi le ton ... si j'arrive à l'identifier !


Gilbert Pinna, le blog graphique 03/12/2010 19:22



Oui, c'est ça : elle a  les yeux révolver, le regard qui tue ... ton sur ton, on n'y voit goutte mais, au moins, le conflit infernal des regards est écarté. ;-)



saravati 03/12/2010 15:03


Mais que s'est-il donc passé entre vous avant ce regard-revolver ?


patrick verroust 03/12/2010 14:45


Elle sait , déjà, la gamine à la mine ingrate que la souffrance et la douleur rejettent dans l'univers concentrationnaire des « oubliés du monde ».. Elle refoule ses pleurs. Elle va
lutter contre les rieurs , le parti des bons vivants, des biens pensants, des gens biens. Si elle perd son combat, il restera une société de « morts vivants »....Adhérez et vivez en paix
, braves gens, jusqu'au moment où vous basculerez, à votre tour, dans le monde des exclus, des reclus. C'est une question de temps
qui vous aura à l'usure même si vous placez bien votre argent.


Gilbert Pinna, le blog graphique 03/12/2010 19:24



Petit conte acide par temps de froidure aigue.



Aléna 03/12/2010 13:19


oh! trop drôle, la prof de maths!


Gilbert Pinna, le blog graphique 03/12/2010 19:23



... ( hum, hum, y'a du vécu qui remonte...)



TG 03/12/2010 10:08


Ah ah! vous voilà seule
Vous frimiez avec vos pendeloques
Vos airs supérieurs et toc
Vos petits yeux veules…


Gilbert Pinna, le blog graphique 03/12/2010 11:52



... c'est ça ... et toc !



julien 03/12/2010 09:04


Moi je dis : quelle sale gamine !...


Gilbert Pinna, le blog graphique 03/12/2010 09:23



Et la gamine lui rétoqua :


 


Oui sale bonhomme, oh ! quelle sale personne !
Un monstre en somme, ce sale bonhomme




TG 03/12/2010 08:43


Mais qu'ai-je donc fait ?
pour mériter cela
voyez, je suis défait
irrité, un peu las
(il sort…)


Gilbert Pinna, le blog graphique 03/12/2010 09:02



... houhou... y'a quelqu'un ?... houhou...



co errante 02/12/2010 23:42


Elle loucherait pas un peu ?


Gilbert Pinna, le blog graphique 03/12/2010 08:42



... une petite divagation oculaire...



patrick verroust 02/12/2010 23:38


Il l'examinait , le regard glacé, Les tons de sa vêture l'incommodaient. Lui était habillé ton sur ton par les meilleurs faiseurs. Pourtant son regard ne pouvait « allait ailleurs » . Le
courroux de cette gamine l'impressionnait. Il aurait bien hausser le regard mais ne voulait pas hausser le ton. Il était dans ses petits souliers, il finit par tourner les talons pour aller
retrouver un salon où les regards et les conversations seraient de bon ton. Quand il arriva le fils de la maison avait fait le sot, il était au piquet. Bien fait!


Gilbert Pinna, le blog graphique 03/12/2010 08:40



Les enfants terribles.



Frederique 02/12/2010 19:56


Une "petite" qui vous toise...la diablesse vous colle le regard au mur !


Gilbert Pinna, le blog graphique 02/12/2010 20:05



... et sur le mur, elle exécuta un copier-coller oculaire...



TG 02/12/2010 19:10


C'est le ton qui convient
afin de supporter ce regard
pourquoi si hagard?
on se le demande bien


Gilbert Pinna, le blog graphique 02/12/2010 19:18



(en aparté, sur un ton bougon : ... et s'il me plaît à moi de vous opposer ce regard hagard ?...)



Elise 02/12/2010 18:43


elle se passerait bien de commentaire mais


Gilbert Pinna, le blog graphique 02/12/2010 18:55



... vous résistez.



TG 02/12/2010 18:31


Diable ! quelle autorité!
qu'elle est donc cette drôlesse?
qui d'un air autorisé
fait que mes yeux s'abaissent.


Gilbert Pinna, le blog graphique 02/12/2010 18:53



Drôlesse, comme vous y allez


c'est ce ton-là,


mon cher Tégé


que je ne puis désormais supporter.


 



coccinelle 02/12/2010 16:06


Où donc a-t-elle trouvé ces boucles d'oreilles qui tintinnabulent en un moment d'agacement ?


Gilbert Pinna, le blog graphique 02/12/2010 16:45



... les boucles d'oreilles, en un tel moment, donnent une contenance.



anonyme 02/12/2010 14:15


ça a même fini par faire jurisprudence.


Gilbert Pinna, le blog graphique 02/12/2010 14:24



article 544 : Il est, par voie de conséquence des précédents articles, expressément recommandé de regarder son vis-à-vis sur un autre ton.



Isabelle C. 02/12/2010 12:44


S'il vous plaît, oui !


Gilbert Pinna, le blog graphique 02/12/2010 14:14



... mais je vous en prie...



kouki 02/12/2010 12:15


Son petit air froissé et ses jolis pendants la rendent si touchante ...


Gilbert Pinna, le blog graphique 02/12/2010 14:13



... une petite pincée, oui...



patrick verroust 02/12/2010 11:45


Quelques coups de crayon est voilà soutenu le combat d'une adolescente. Elle affirme, rebelle farouche, son identité face au joug d'un regard qui hurle sa négation. Merci pour toutes celles qui
vivent cette situation, Gilbert.


Gilbert Pinna, le blog graphique 02/12/2010 14:12



... un regard qui hurle sa négation... il est des regards pour le moins réfrigérants...



anonyme 02/12/2010 11:41


ainsi parla le dernier homme à Zarathoustra,)


Gilbert Pinna, le blog graphique 02/12/2010 14:09



... ça en impose.