Le blanc manteau

Publié le 11 Janvier 2010

Il ne fait que passer

(cliquer sur le dessin pour l'agrandir)

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #vestiaire

Repost 0
Commenter cet article

laurence 12/01/2010 07:38


Et si le givre comme une chevelure avait couronné son désespoir


Gilbert Pinna, le blog graphique 12/01/2010 07:47


...une couronne d'épines givrées ...


ap 11/01/2010 23:36


Décidément, j'aime beaucoup ces dessins (pas seulement celui-ci) à la ligne sèche et nerveuse. Belle fragilité cassante (le givre sous les pas et la bise qui souffle au col).
Bonne année d'images (et autres choses aussi)
bien à vous
ap


Gilbert Pinna, le blog graphique 12/01/2010 07:38


Merci ap, belle année créative à vous aussi ...


K. 11/01/2010 22:54


Il est seul, il a froid. Il écoute le tambour,il va vers lui comme vers une source de vie..


Gilbert Pinna, le blog graphique 12/01/2010 07:39


Les roulements du tambour, déjà, lui réchauffent le sang...


julien 11/01/2010 17:17


Ce titre m'a fait penser à une chanson de Juliette Gréco qui s'appelle " rue des blanc manteaux" qui est écrite, je crois bien , par Sartre.


Gilbert Pinna, le blog graphique 11/01/2010 17:53


Oui, c'est vrai. Un couplet de la chanson est présenté pour la première fois dans Huis clos. Une histoire terrible de bourreau, évidemment.

Dans la rue des Blancs-Manteaux
Ils ont élevé des tréteaux
Et mis du son dans un seau
Et c'était un échafaud