Se faire photographier

Publié le 3 Décembre 2009

" Pour ma mère, la photo d'un enfant petit était sacrée. Pour revoir son enfant petit, on en passait par la photo. On le fait toujours. C'est mystérieux."

                                               Marguerite Duras, Les photographies in La vie matérielle



" A la fin du XIXe siècle, on allait se faire photographier chez le photographe du village comme dans "L'Amant", les habitants de Vinh Long le faisaient - cela pour exister davantage."

                                      
Marguerite Duras, Les photographies in La vie matérielle


 (cliquer sur les dessins pour les agrandir)

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Marguerite D.

Repost 0
Commenter cet article

if6 11/05/2011 09:30


J'aime beaucoup ces dessins, tout ce travail autour de la photographie. c'est très sensible


Gilbert Pinna, le blog graphique 11/05/2011 09:53



:-)



Aléna 14/10/2010 16:28


mais, est-ce qu'on les regarde seulement? non, on les conserve, étrange rituel, oui.


Gilbert Pinna, le blog graphique 14/10/2010 16:44



... il me semble que ce sont elles qui nous gardent.



Dominique Hasselmann 08/09/2010 10:10


Photographies quand on était enfant et que l'on ignorait qu'on n'allait plus l'être (pas totalement) ensuite : images rétiniennes où l'on se souvient, parfois, par qui l'on a été pris et revient
alors se superposer la photo mentale du photographe - père, oncle...

Les dessins ici approchent aussi ce mystère.


Gilbert Pinna, le blog graphique 08/09/2010 10:15



... l'envers de l'oeil et de la main, oui.



dominique boudou 05/12/2009 19:18


Quand je me revois sur des photos tout petit et même un peu plus grand, je doute encore davantage d'être vraiment moi.


Gilbert Pinna, le blog graphique 05/12/2009 20:40


C'est ce qui, me semble-t-il, est fascinant avec les photographies dès lors qu'elles figent des figures de notre être, parfois méconnaissables, sur fond d'une identité fuyante, toujours en
devenir...en ce sens, les photographies ont le pouvoir magique de retenir nos apparitions...


brigitte giraud 04/12/2009 21:24


L'appariel est un filtre à images, et la mémoire se fixe sur des fugures et des formes.


Gilbert Pinna, le blog graphique 05/12/2009 12:21


Paradoxe des photographies qui, à la fois, pétrifient et filtrent les existences...


JEB 03/12/2009 20:06


Dans la liste de Schindler, les nazis vident les valises de leur contenu pour en voler les valeurs et brûler les photos, l'ultime symbole du passage d'une personne sur cette terre, de son
identité... J'ai été à Auschwitz et de voir toutes les valises marquées à la craie du nom de leur propriétaires est peut-être la pire chose à voir encore que tout le reste... La photo et le cinéma
sont des inventions extraordinaires pour laisser et transmettre... Bonne soirée...


Gilbert Pinna, le blog graphique 04/12/2009 07:50


Oui.
Merci Jeb.