Les framboisiers

Publié le 10 Août 2010

 

les framboisiers-copie-1

                            ( Cliquer sur le dessin pour l'agrandir)

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Repost 0
Commenter cet article

Marlene 25/08/2010 17:59


tout me plait ici, mais cette série (les oubliés) me touche particulièrement... bravo !


Gilbert Pinna, le blog graphique 25/08/2010 18:22



Merci à vous et bienvenue !



coccinelle 13/08/2010 07:48


Des framboisiers, des nuances de couleurs, de formes : taches où attacher la mémoire. On voit comme une maisonnette-éléphant :-) . La dame debout serait la gardienne de l'Histoire, d'un siècle
traversé ; immuable figure d'un temps que vous nous donnez à partager.


Gilbert Pinna, le blog graphique 13/08/2010 09:09



... la maisonnette-éléphant, inscrite comme un fossile géant ?...



TG 13/08/2010 07:19


C'est tant pis pour sa pomme, elle n'avait qu'à pas ramener sa fraise…


Gilbert Pinna, le blog graphique 13/08/2010 09:06



... oui, avec une purée de pommes, l'oie est très bonne aussi...



géraldine 12/08/2010 18:06


Oui, douceur est bien le mot qui convient pour ce dessin. j'ajouterai: tendresse...


Gilbert Pinna, le blog graphique 12/08/2010 22:15



... framboise ! :-)



ap 11/08/2010 22:19


ces douceurs de l'enfance qui reviennent. le texte renvoie à l'attention portée à quelques détails, fragments décrochés que le dessin restitue et remonte (ramène)à sa façon. comme des fixés tendus
entre la mémoire de ce qui se dit (se formule) et de ce ce qui se ressent. "douceur" dit bien cela, le parfum autant que le goût des fruits cueillis et, au creux de la paume, les taches roses sur
les mains... et, en effet, voyant, lisant, affleurent quelques souvenirs semblables.


Gilbert Pinna, le blog graphique 12/08/2010 09:46



Oui, comme si le parfum des framboises avait su retenir la douceur intense et prolongée de cette rencontre de fin d'après-midi d'été. Des effluves de mémoire sensorielle, qui travaillent
en nous, par devers-nous, et une autre façon de suspendre ce moment.



Isabelle C. 11/08/2010 17:14


C'est sur le dos qu'elle portera sa maison, la terre n'aura plus de frontière, en attendant, elle tremble ...


Gilbert Pinna, le blog graphique 11/08/2010 17:58



... oui, quel tremblement !..." La plaine, la plaine, la plaine, n'aura plus de frontières


                                          
la terre, la terre sera notre domaine..."


chantait Pétula Clark.



coccinelle 11/08/2010 15:09


Comme un souvenir : la clé du pays des confins. Emouvante évocation d'une maisonnette du bord d'été.


Gilbert Pinna, le blog graphique 11/08/2010 17:07



Le pays des confins... emporté, soufflé, sans doute. Très beau.



Saravati 11/08/2010 10:29


Le coulis des framboises répandu comme le sang sur la terre.
Par des mains pourtant douces et qui se révoltent ?


Gilbert Pinna, le blog graphique 11/08/2010 11:40



... des mains résignées peut-être, et picotées par des impatiences...



Saravati 11/08/2010 08:24


Ces douces mains en pince sont-elles celles qui ont écrasé les framboises ? Coulis éparpillé ...


Gilbert Pinna, le blog graphique 11/08/2010 09:54



Oui, ce sont elles... et elles n'ont pas fait dans la dentelle.



Kitty 10/08/2010 19:44


Sur un coulis de velours rouge, dans son cercueil de cuivre, l'oie fait un dernier passage sur la terre. Son museau pointe déjà vers le ciel. Autour de la table, après le bénédicité, un ange passe.
"Il fait faim !", marmonne grand-père au bout de la table.


Gilbert Pinna, le blog graphique 10/08/2010 21:04



Et le vieillard bougon de se jeter sur la volaille et de la dévorer.


http://gilbertpinnalebloggraphique.over-blog.com/article-33277143.html



léa 10/08/2010 18:19


et la maisonnette, elle est en pain d'épice ? ;-)
J'aime bien ce dessin, tout en douceur...


Gilbert Pinna, le blog graphique 10/08/2010 21:01



... et vous Léa, vous êtes la Reine d'Angleterre ?... ;-))



Kitty 10/08/2010 13:10


Et cette oie qui vient d'être tuée, vous n'en parlez pas ?


Gilbert Pinna, le blog graphique 10/08/2010 16:32



... oui, vous aviez remarqué ?... et bien, l'oie a été présentée le soir, farcie, sur son coulis de framboises... hum... très digne, cette oie.



Aléna 10/08/2010 11:33


nous sommes à la frontière... de l'écriture.


Gilbert Pinna, le blog graphique 10/08/2010 16:30



... l'écriture et ses frontières, ses marges... ça commence très tôt, à l'école primaire, sur les cahiers...



PhA 10/08/2010 09:49


Les oubliés du monde
ne sont pas à la p(l)age.


Gilbert Pinna, le blog graphique 10/08/2010 10:20



En effet... voyez plutôt :


http://gilbertpinnalebloggraphique.over-blog.com/article-la-mer-ignoree-42971112.html