la vie E.B.

Publié le 29 Juin 2012

 

Et certains jours, elle se dit qu’elle aimerait que sa vie finisse par ressembler

aux illustrations des livres d’ Enid Blyton .

 

 

projet 42

(Cliquer sur le dessin pour tout voir)

 

 

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Repost 0
Commenter cet article

Dominique Hasselmann 03/07/2012 12:50

"Le club des Cinq au Carlton", version circulant sous le manteau.

Gilbert Pinna, le blog graphique 03/07/2012 12:55



... publié dans la Bibliothèque rose, tout se tient.



Dominique Hasselmann 03/07/2012 12:26

... et plus érotique que le club automobile du bois de Vincennes (DSK a un alibi).

Gilbert Pinna, le blog graphique 03/07/2012 12:34



... ah, Le mystère de la suite 2106...



Dominique Hasselmann 03/07/2012 12:01

"Le club des cinq et les sept apôtres"...

Gilbert Pinna, le blog graphique 03/07/2012 12:14



... plus ésotérique que Oui-Oui et le lapinzé ?



Dominique Hasselmann 03/07/2012 11:46

Oui, mais mystérieusement inconnu...

Gilbert Pinna, le blog graphique 03/07/2012 11:49



... Le club des cinq et le mystère de la vieille dame...



Dominique Hasselmann 03/07/2012 11:01

Énigme Blyton, qui demeure en notre mémoire.

Gilbert Pinna, le blog graphique 03/07/2012 11:43



... Enigme Blyton, un inédit ?



patrick verroust 30/06/2012 19:22

S'oublier, vider sa mémoire, n'être plus que l'illustration de livres pour enfants, Enid Blyton subit la disparition de sa mémoire contre son gré, atteinte d’Alzheimer....foin du romantisme
dépressif, il faut garder la tête près du bonnet.

Gilbert Pinna, le blog graphique 01/07/2012 09:16



http://gilbertpinnalebloggraphique.over-blog.com/article-le-bonnet-98002883.html


 



H./S. 29/06/2012 19:37

It should be so british.
H./S.

Gilbert Pinna, le blog graphique 29/06/2012 20:20



... et ces bérets glissants, pas très fiables...



anonyme 29/06/2012 18:53

ce qui ne serait pas si mal !

Gilbert Pinna, le blog graphique 29/06/2012 20:15



(... pour moi, ces illustrations sont  fortement liées à l'odeur fanée du papier de ces collections et puis, souvent, aux rafales de vent qui bousculent les personnages)