L'ombre

Publié le 8 Novembre 2010

De son visage, il dit qu'il est une ombre.

 

Image 293

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Ceux de la bande

Repost 0
Commenter cet article

JMG 15/11/2010 17:57


j'aime bien ton travail sur le cadrage...C'est nouveau pour toi ?


Gilbert Pinna, le blog graphique 15/11/2010 20:19



... une manière de de ré-éclairer les dessins, d'interroger la prégnance du trait et de voir par le creusement de l'espace...



coccinelle 14/11/2010 13:02


Dans cette ombre se fondent d'autres ombres ; et cette ombre fonde d'autres ombres.


Gilbert Pinna, le blog graphique 14/11/2010 16:10



Et l'ombre fut.



patrick verroust 10/11/2010 14:14


Il y a des gens qui œuvrent , dans l'ombre, pour le front national. Un front populaire à du mal à apparaître. Mais qui ne regrette pas son front dégarni? Surtout que nous vivons une époque à
s'arracher les cheveux, où nous courons le risque d'être mis à l'ombre pour un oui ou pour un non que nous aurions eu le front de proférer. T'as des droits, mais marche à l'ombre et tais toi!


Gilbert Pinna, le blog graphique 11/11/2010 09:31



... accéder à son ombre, la grande affaire...



Dominique Autrou 09/11/2010 21:07


Oui, mais un dixième de seconde plus tard il partait d'un grand éclat de rire !


Gilbert Pinna, le blog graphique 09/11/2010 21:16



... un dixième de seconde plus tard, oui... et c'était un grand fracas...



Dominique Hasselmann 09/11/2010 10:47


Non, car quelqu'un avait déjà employé cette expression.

Mais ce profil, oui, s'il a quelque chose de Piccoli, exprime un mystère : celui de "l'ombre double"...


Gilbert Pinna, le blog graphique 09/11/2010 11:46



... l'ombre qui, en se propageant, n'en finit pas de creuser sa présence...



Dominique Hasselmann 09/11/2010 10:28


Je n'avais pas lu les commentaires avant...


Gilbert Pinna, le blog graphique 09/11/2010 10:31



... alors, c'est encore plus formidable...



Dominique Hasselmann 09/11/2010 10:24


Aujourd'hui, c'est, à profusion, "Ici, l'ombre !".


Gilbert Pinna, le blog graphique 09/11/2010 10:26



" ... les ombres parlent aux ombres..."



espace-holbein 09/11/2010 09:46


Hombre ! Pas de pessimisme : le visage ne saurait être que lumière.


Gilbert Pinna, le blog graphique 09/11/2010 10:25



Sol y sombra  (le nom de mon  manuel scolaire d'espagnol).



Baltha 09/11/2010 07:30


Ombre identifiable.
Baltha


Gilbert Pinna, le blog graphique 09/11/2010 08:35



Rester dans l'ombre ?...



marie guegan 08/11/2010 22:46


L'ombre de l'homme aux loups !!

Me fait peur moi...


Gilbert Pinna, le blog graphique 08/11/2010 22:57



... l'ombre de l'homme aux loups... plutôt, cet homme-ci ?... :


http://gilbertpinnalebloggraphique.over-blog.com/article-parler-dit-il-59477883.html



Ambre 08/11/2010 21:33


N.B.- Je m'aperçois que je suis loin du sujet, je veux dire de ce visage... inquiétant.


Gilbert Pinna, le blog graphique 08/11/2010 21:57



... dans la recherche de l'ombre de ton ombre, on n'est jamais loin d'accéder à un visage, non ?...  ( et j'ai failli écrire l'ambre de ton ambre...) ;-)



Ambre 08/11/2010 21:30


"Laisse-moi devenir
L'ombre de ton ombre
L'ombre de ta main
L'ombre de ton chien
Mais
Ne me quitte pas
Ne me quitte pas"


Frederique 08/11/2010 19:54


Ca se fait pas mais peut-être chez vous, je peux... si non, virez-moi... enfin mon commentaire ! Ce VERROU(ST) qu'éclaire tout avec ses mots, non plutôt son oeil, il est sur quelle fréquence ? Une
ombre qu'a un profil d'oreille comme ça, ça mérite de l'écouter.


Gilbert Pinna, le blog graphique 08/11/2010 21:59



La fréquence d' Ici, l'ombre n'est pas, à ma connaissance,  encore attribuée mais qui sait, demain peut-être ?... encore merci à Patrick pour ses sonores résonnances...



MuLM 08/11/2010 17:58


j'aime beaucoup ce regard charbonneux


Gilbert Pinna, le blog graphique 08/11/2010 18:33



... qui couve un feu ardent ?...



Isabelle C. 08/11/2010 16:55


à l'ombre de ses épais sourcils ...
Si fort, ce dessin, mmmhh


Gilbert Pinna, le blog graphique 08/11/2010 17:57



... partout, des zones d'ombre...



co errante 08/11/2010 16:20


Le trait paraît net, ferme, et pourtant le tout est flouté. Étrange dualité.


Gilbert Pinna, le blog graphique 08/11/2010 16:39



... l'oeil qui glisse sur les dessins, tout en les floutant, les anime.



patrick verroust 08/11/2010 15:29


Belle citation, je n'ai pas le talent de Camus, je le regrette, ce doit être une question de nez?
J'ai produit un texte un peu long, didactique, parce que je crois le sujet grave et n'ai pas su en faire une métaphore comme camus le fait.Camus m'est familier par la fréquentation d'un ami dont le
père et les oncles étaient de ses camarades de classe ainsi que Kopa. Un des oncles est devenu un philosophe très réputé. L'ascenseur social fonctionnait et était fréquenté avec une sourde
émulation.


Gilbert Pinna, le blog graphique 08/11/2010 15:51



... et moi, je l'aime bien cet "hombre" que vous évoquez à propos du dessin... il nous dit aussi que l'homme n'a d'existence que de son ombre la plus singulière, enfouie, ardente, si
pénétrante, si éclairante... merci !



patrick verroust 08/11/2010 12:58


Le visage est une ombre portée sur les lumières intérieures et les sombres facettes Cet«hombre » est sourcilleux , il a dans la caboche l'expérience d'une vie. Il sait que la prévention,
l'animosité, l'antipathie, la morphopsychologie, pseudo science aux dérives dangereuses sont les racines d'un délit de faciès qui n'ose pas dire son nom , qui discrimine, sournoisement. Ce délit
sévit tous les jours , il rode, ses victimes ont beau marcher à l'ombre , ils n'y échappent pas....Ce dessin pourrait illustrer un appel à une résistance pour une nouvelle renaissance des droits de
l'homme inventés en Afrique. par les chartes de Manden et de Kurukanfuga (1210).. Il faudrait à cet homme pour être plus que l'ombre de lui même, vivre moins sombre, une radio libre « Ici,
l'ombre »


Gilbert Pinna, le blog graphique 08/11/2010 14:53



... être plus que l'ombre de soi-même, oui, et savoir également que tout visage ne s'éclaire que dans le revers de son ombre... Je pense notamment à ce passage de Camus :


 


" Et ce mouvement aveugle en lui, qui n'avait jamais cessé, qu'il éprouvait encore maintenant, feu noir enfoui en lui comme un de ces feux de tourbe éteints à la surface mais dont la
combustion reste à l'intérieur, déplaçant les fissures extérieures de la tourbe et ces grossiers remous végétaux, de sorte que la surface boueuse a les mêmes mouvements que la tourbe des
marais..."


Obscur à soi-même, in Le Premier homme



géraldine 08/11/2010 12:06


J'ai pensé à "L'armée des ombres" le film de Melville dans lequel je pensais que Piccoli jouait mais, vérification faite, non. Il aurait pu être dans cette ténébreuse armée.


Gilbert Pinna, le blog graphique 08/11/2010 14:42



... Piccoli, figure de l'ombre de ladite armée... Ces confusions de casting sont toujours intéressantes et montrent que, décidément, les acteurs sont si puissants qu'ils (s') incarnent
(dans) des rôles qu'ils n'ont, de fait, pas tenus...



kouki 08/11/2010 11:57


me fait penser à vous ce dessin, ce front volontaire ...


Gilbert Pinna, le blog graphique 08/11/2010 12:02



... ce front populaire... euh... volontaire...oui  :-)



Aléna 08/11/2010 11:54


être l'ombre de son visage? peut-être, oui, ne sommes-nous que cela...


Gilbert Pinna, le blog graphique 08/11/2010 12:00



... l'ombre débordante comme une hantise.



saravati 08/11/2010 10:28


Celle de Michel Piccoli ?


Gilbert Pinna, le blog graphique 08/11/2010 11:44



Oh, oui... c'est une ombre enveloppante, qui creuse infiniment.