Eugénie la blanche

Publié le 6 Avril 2010

 Après avoir dansé Le fandango , La danseuse Eduardowa  réalisa soudain

que le sang avait déserté les plis de sa robe pourpre et que, de fait, elle et sa robe,

pâlissaient à vue d'oeil.

 

 

la danseuse Eduardowa 1-copie-1 

(cliquer sur les dessins pour les agrandir)

 

 

la danseuse Eduardowa 1-copie-2

 

 

 

 

 

 

 


Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les fantômes de Kafka

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

coccinelle 10/04/2010 10:39


Efficace. Un souffle graphique et la couleur est emportée
C'est dans l'expression de son art, la danse, que revit la danseuse. L'effacement du regard d'autrui la fait pâlir. (humm! ce propos est-il bien clair?)


petite racine 07/04/2010 21:36


au moins dans ce mouvement d'effacement elle rejoint l'éphémère de sa danse


Gilbert Pinna, le blog graphique 07/04/2010 23:09



...Oui,  fulgurance des apparitions d'Eugénie Eduardowa telles que Kafka en parle au tout début de son Journal...



PhA 07/04/2010 17:46


C'est vrai ; je n'y pensais plus, cette scène est magnifique. Je pensais à certaines encres de mauvaise qualité qui s'effacent à la lumière, si discrètement que qu'on n'y prend pas garde, et qu'on
est tout surpris de se retrouver un jour devant une feuille quasi blanche.


Gilbert Pinna, le blog graphique 07/04/2010 19:53



... oui, une encre un peu spectrale qui laisse des traces d'ombres...



PhA 07/04/2010 15:00


Parfois, à être trop exposés, certains dessins s'effacent. Ils n'en sont que plus fidèles.


Gilbert Pinna, le blog graphique 07/04/2010 15:29



Ce que vous dites me fait penser à cette scène magnifique, extraite de "Fellini Roma", où, l'équipe de tournage qui filme les bouleversements que les travaux du métro imposent à la ville,
découvre les fresques murales d'une antique villa souterraine, qui disparaissent, tout en apparaissant, au contact du souffle des hommes...



K. 06/04/2010 23:10


Je ne peux m'empêcher de l'associer à la madame Edwarda de Bataille... aurait elle un fantôme sulfureux?


Gilbert Pinna, le blog graphique 07/04/2010 11:08



... oui, soudain, cette forte odeur de soufre...