Au bord des lèvres

Publié le 26 Octobre 2009

Il est tout à la fois Jean Moulin, le clandestin en gabardine, Humphrey Bogart, le séducteur de cinéma, Corto Maltese, l'aventurier épuré de Pratt et pour toujours,
l'homme de la Méditerranée.



Albert et Jean-Paul

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Sartre, Camus et les autres

Repost 0
Commenter cet article

dominique boudou 27/10/2009 18:35


Résolument, farouchement Camus. A l'instinct, dans la pensée aussi, mais oui, à l'instinct surtout. Ma compagne traverse dimanche la Méditerranée pour rendre hommage à Francis Jeanson au salon du
livre d'Alger. Non loin, Oran. Elle ira, sûrement, sur la plage où luit un jour le couteau de l'homme qui ne pleura pas à la mort de sa mère. Hum ! Je me souviens aussi que Cioran méprisait Camus
et sa culture d'instituteur...


Gilbert Pinna, le blog graphique 27/10/2009 22:49


Votre "farouchement Camus" me plaît beaucoup et je le fais mien... Oui, sur la plage où tout bascula sous l'infinie blancheur du soleil de midi, "sous le soleil exactement"...