Dans la cage d'escalier

Publié le 5 Septembre 2009

Dans son Journal, Kafka mentionne les incessants va-et-vient, dans la cage d'escalier des immeubles, entre la logeuse et ses résidents et sûrement, des frôlements, et peut-être l'amorce d'un baiser...



Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les fantômes de Kafka

Repost 0
Commenter cet article

coccinelle 10/09/2009 07:39

L'essentiel tient dans la sobriété, l'incomplétude

Gilbert Pinna, le blog graphique 10/09/2009 09:55



Le frôlement comme trace de l'incomplétude...oui...



Jeb 06/09/2009 18:11

L'amorce qui est censée mettre le feu aux poudres de la Passion, un baiser avorté par un monte-marche transpirant, s'excusant d'un air géné de mouiller cette amorce... Histoire vécu qui change votre destin... Amicalement!..

Gilbert Pinna, le blog graphique 06/09/2009 22:17


...c'est dire à quoi tient le destin... cordialement.