du corps et du papier

Publié le 23 Décembre 2019

C'est à la bibliothèque municipale. Pour voir les livres du rayonnage qui jouxte le sol, il faut se baisser, s'accroupir. On regarde, on cherche, on trouve ou on ne trouve pas. Et il y a ce moment décisif du redressement du corps. Doucement, lentement. On anticipe, on prévient. On se redresse, progressivement, pour voir défiler la remontée des étagères, les tranches et les tonalités des livres, dans la brume des siècles qui s'écoulent. Debout, enfin, on est au faîte. Autrement, c'est la remontée brusque, sanguine, sauvage, c'est le vertige. Les livres basculent et leurs siècles avec, c'est une ivresse abrupte du corps et du papier

du corps et du papier

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
A force de fréquenter en amoureux, les livres et les bibliothèques, on croit en savoir en rayon alors qu'on discerne à peine l'infinie étendue de nos ignorances et de nos incompréhensions...Peut être ,est-ce ce savoir là qu'il importe d'appréhender , de l'apprivoiser ....
Répondre