les serpents

Publié le 27 Juin 2017

Au jardin public, sous l'arbre immense, dans la pénombre, un homme sur un banc. Torpeur de canicule et puis ces voix qui percent, qui disent qu'avec la chaleur, le matin, on ouvre les portes et les fenêtres et que c'est par là qu'ils entrent, les serpents, ces sales bêtes, qu'on ne peut pas les toucher, ces sales bêtes, qu'elles sont effrayantes et qu'elles entrent partout l'été dans les maisons avec la chaleur, oui partout dans les maisons avec la chaleur, et que c'est par là qu'ils entrent, les serpents.

Aucun texte alternatif disponible.

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Les oubliés du monde

Repost 0
Commenter cet article

patrick verroust 27/06/2017 12:59

Je me grouille de répondre. Le texte fout le cafard...Pas la peine de déblatter, il y a des bestioles mises au ban ....Il paraîtrait que des femmes au foyer, même celles à double foyer, supportent si mal leurs présences qu''elles se sont mises au gin ....Un alcool de vipère, au point est un vulnéraire âpre à déguster avec modération ...