ce secret noir ravageur

Publié le 26 Mai 2015

Cette idée que depuis le carnage de "Charlie Hebdo" le 7 janvier dernier, le dessin a pris, en France, à son corps défendant, une place centrale. La tendance remonte à quelques années déjà : on a pu voir en effet, ici et là, dans des musées ou à l'occasion de salons, des expositions, des rétrospectives qui ont rendu hommage à l'oeuvre d'immenses dessinateurs (Bruno Schulz, Moebius, Topor, Bilal, Tardi, Gotlib... ) et qui, de manière plus générale, ont su éclairer la production graphique contemporaine.

Aujourd'hui, par-delà un phénomène éditorial fort attendu, c'est l'intégrale de Cabu et de Wolinski que l'on redécouvre, c'est le testament de Charb que l'on publie, c'est Luz qui, dans "Les Inrokuptibles", nous livre, avec douceur et épouvante, sa condition existentielle d'homme et de dessinateur sidérés, c'est Joann Sfar, le foisonnant dessinateur, qui "ose faire le peintre" et se risque à exposer ses premières peintures, en écho aux nus de Pierre Bonnard. Et puis aussi, sur un autre plan, pourrait-on dire, c'est la grotte Chauvet qui se dédouble : pour chercher à refaire à l'identique et pour les donner enfin à voir, rien d'autre que les dessins rupestres des origines de l'humanité.

Quelque chose de l'époque se dit là : comme un jeu de miroirs qui se déploie sur les toiles, sur les planches, sur les écrans, sur les parois, fussent-elles reconstituées. Une mise en abyme de la représentation graphique qui dirait ici, confusément, comment le geste expressif premier, celui de l'enfance, a décidément du mal à se laisser saisir, dans l'ambivalence même de sa magie fulgurante, au risque de toutes les déflagrations, de toutes les violences, au risque de cette rage qui nous ravage.

Mais il faut la connaître aussi, pour ne jamais l'oublier, cette joie intense que procure le tout premier tracé qui glisse sur le papier, à l'aveugle, conquérant, un peu fou, et toujours recommencé. C'est ici, sans doute, que réside le prodige de l'existence, ce secret noir ravageur des dessinateurs.

Gilbert Pinna

ce secret noir ravageur

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Repost 0
Commenter cet article

Dominique Hasselmann 28/05/2015 21:26

Texte impeccable au tracé sûr.

Gilbert Pinna 30/05/2015 08:57

;-)

patrick verroust 26/05/2015 15:46

Vache de texte...vaut le détour.... L'époque est auroch'n troll !!!