ce premier chant

Publié le 15 Novembre 2014

Pour cette dixième ronde, autour du mot "feuille(s)", j'ai le grand plaisir d'accueillir

Élise Lamiscarre et moi, je suis chez Dominique Autrou

Un printemps, trente ensemble, douceur d’un matin, moutonnement de bois, de forêts, elle s’immobilise, s’illumine Tu entends là ? Il se fige, interroge du regard Quoi ? Partager encore ce moment avec lui, ce premier chant, eh ! bien, le coucou… elle insiste tiens, là, encore il hoche la tête, son visage se ferme Non, rien le voilà vraiment dur de la feuille

ce premier chant

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
En tout cas, la feuille est bien entourée !
Répondre
L
Comme la feuille au vent bruit le murmure de la voix à l'oreille qui vient effacer le chant lancinant du coucou. Quelle drôle de chose l'oreille, ces deux corps embryonnaires lovés de part et d'autre du visage, ce signal où se croisent le monde exterieur et celui de l'intime que cache ou dévoile le cheveu enroulé sous le pavillon, et qui depuis toujours appelle l'ornement d'un bijou sur le lobe
Répondre
C
Il n'y a qu'elle qu'il entend. Le coucou n'a plus qu'à prendre son râteau pour balayer les feuilles mortes.
Répondre
Q
Encore une ruse du coucou...
Répondre
V
Avec le printemps ce doit être affreux d'être devenu dur de la feuille.
Répondre
G
... oui, on l'entend, ce premier chant qui sourd.
Répondre