l'oeil explosé de l'âne

Publié le 14 Janvier 2014

Elle revoit cet étrange jour d’hiver neigeux, où elle a dû laisser sa voiture, au bas de la route, et continuer à pied, dans des bottes en caoutchouc, pour gagner la maison qu’elle doit faire visiter. Et elle revoit cet âne solitaire, au beau milieu du champ, qui brait éperdument et qui laisse échapper des hi-han, sonores, rauques, distinctement articulés. Elle se revoit quand elle a enjambé la barrière, quand elle a repoussé la neige et quand, tremblante et comme saoule, elle s’est approchée de l’âne et quand enfin, interdite, elle s’est mise à le caresser. Le ciel était laiteux, la neige cotonneuse, et l’œil explosé de l’âne reflétait l’opacité céleste. Ce fut pour elle une rencontre très improbable, suspendue, toute dans l’intensité de ce moment. Et elle a alors pensé que le ciel et la brise cassante avaient dû la conduire dans cette désolation blanche et givrée, là, jusqu’à l’animal.

 



 

l'oeil explosé de l'âne

Rédigé par Gilbert Pinna, le blog graphique

Publié dans #Le petit cirque

Repost 0
Commenter cet article

Dominique Hasselmann 20/01/2014 15:38

Je m'y perds dans les "posts" et les commentaires qui fonctionnent ou pas...C'est le règne de l'aléatoire !

Gilbert Pinna 20/01/2014 16:05

( ... ce n'est pas si grave : mes dessins aussi sont aléatoires... mais il me semble que les commentaires fonctionnent à nouveau correctement )

patrick verroust 15/01/2014 16:36

Ah la vache! quel âne est-ce?

patrick verroust 15/01/2014 13:01

J'ai en mémoire un premier dessin, j'en conclus que le présent âne est un mutant. Il fait,plus, âne damné...Il doit brouter des OGM. Que fait José Bové ?

Gilbert Pinna 15/01/2014 15:07

... un âne damné, oui... et pour un peu lui pousseraient des cornes.

louise blau 15/01/2014 08:26

entre les bras de l'âne, enfin, elle se blottit comme un ourson

Gilbert Pinna 15/01/2014 09:40

... un doudou graphique ?

patrick verroust 14/01/2014 17:56

Le ciel sur sa tête pèse comme en Cantal...Elle de fraie un chemin dans ce pré où brait un âne. L’œil explosé de l'animal la mène aux bor(g)nes du fantastique. Le souvenir est si puissant qu'elle n'arrive pas à y mettre le horlà et revit tous ces maux passants.